Lexique

Filtrer par première lettre

Annuler

A
B
C
D
E
F
G
H
I
J
K
L
M
N
O
P
Q
R
S
T
U
V
W
X
Y
Z
Libellé Image Définition
Aéroglisseur

Un aéroglisseur est un véhicule amphibie à portance aérostatique et à propulsion aérienne.

Allège

Petite barque employée à transporter à bord des vaisseaux et autres grands navires mouillés en rade, les objets d’armement et de chargement. (Magasin pittoresque, 1840-42)

Arlequin

Barque du Doubs.

As

Sorte de yole à un, très plate et peu stable.

Bac

Bateau long et plat, servant à passer un cours d’eau.

Bachot
  1. Petit bac. (Dictionnaire Robert, 1991).
  2. Sorte de petit bateau plat et sans quille servant sur les rivières. (Nouveau manuel universel et raisonné du canotier, 1846).
  3. Nom générique de la barque de Seine à fond plat, à franc-bord et à levées. (Canotage et canotiers de la Seine, Delaive F., 2003).
  4. Embarcation à fond plat et à francs-bords, de 6 à 8 mètres de longueur de bout en bout sur 1m50 à 1m80 de largeur uniforme. Il est en chêne et fort lourd. (Embarcations de plaisance. La Vie à la campagne, 1863).
Baille

Baille : À l’origine, nom du baquet en bois servant à laver le pont et dans lequel on lavait et lovait (rangeait) les drisses et autres cordages.
A l’origine, peut-être, des expressions : "passer à la baille" ou "se baquer" qui signifient tomber à l’eau.
(voir Baquet)

Ballade

Bateaux de promenade.
Vers 1840-1850, ces canots à l’épaisse coque étaient fabriqués le plus souvent dans les chantiers de construction maritime de Rouen ou du Havre. (La sociabilité canotière - La société nautique de Besançon, 1999)

Balladeuse

Bateau de promenade proche de la périssoire.

Bande d’étrave

Bande d’étrave, en laiton, destinée à protéger l’étrave.

Baquet

Baille : À l’origine, nom du baquet en bois servant à laver le pont et dans lequel on lavait et lovait (rangeait) les drisses et autres cordages.
A l’origine, peut-être, des expressions : "passer à la baille" ou "se baquer" qui signifient tomber à l’eau.
Mauvaise photo pour cette course de baquets à la godille.

Barcarolle

Canot de plaisance en usage dans l’Adriatique. (Nouveau manuel universel et raisonné du canotier, 1846)
La barcarolle est une forme musicale vocale ou instrumentale de mesure ternaire (6/8, 9/8 ou 12/8) avec un accompagnement rythmiquement uniforme, évoquant le mouvement lent d’une barque.
En effet, à l’origine, la barcarolle était le chant des gondoliers vénitiens (voir les exemples en pdf)

Barcasse

Petite barque. On dit par dérision d’un mauvais canot : c’est une barcasse ! (Nouveau manuel universel et raisonné du canotier, 1846)

Barge
  1. Bateau à fond plat en usage sur les rivières. (Nouveau manuel universel et raisonné du canotier, 1846)
  2. A pleasure barge is a flat bottomed, slow moving boat used for leisure.(Wikipedia 09/2014)
    https://www.latamise.com/gloriana-l...
Barque

Petit bateau non ponté. (Dictionnaire Robert, 1991)

Barque catalane

Bateau de pêche devenu aussi un bateau de sport.

Barquette
  1. Petite barque. (Dictionnaire Larousse, 1922)
  2. Bateau traditionnel de la région de Marseille équivalent du pointu toulonnais. (Et voguent barquettes et pointus, 1999)
  3. Nom du modèle de kayak de slalom avec lequel Claude Peschier fut champion du monde à Bourg-St-Maurice en 1969, et qui est devenu ensuite un kayak d’initiation pour la majorité des clubs.
Barre de pieds

Barre de pieds.

Bateau
  1. Nom générique de plusieurs petits bâtiments. (Nouveau manuel universel et raisonné du canotier, 1846)
  2. Un bateau, c’est une « peau » : la coque (le bordé), tout le reste n’est que renfort. (source JJ Gallardo)
Bateau panier

Embarcation ronde faite de roseaux tressés.

Batelet
  1. Diminutif de batel, forme ancienne de bateau. Petit bateau à rames. (XIIIe siècle)
  2. Au XVIIIe siècle, le batelet est le nom du bachot public qui sert au transport des passagers. (Canotage et canotiers de la Seine, Delaive F. 2003)
Bâtiment

Nom de toutes les constructions flottantes propres à la navigation. (Nouveau manuel universel et raisonné du canotier, 1846)

Battelage

Certainement l’ancêtre de tous nos bateaux ! (voire Batelet)

Bauquière

Dans la Marine et sur les kayaks de type arctique en toile sur armature bois, la bauquière désigne une pièce de bois longitudinale à l’intérieur du bateau, qui est fixée en partie haute des membrures, et qui supporte les barrots de pont ou le pontage.
La serre-bauquière est une pièce de renfort accolée sous la bauquière, qui n’existe pas dans les petits bateaux de plaisance.

Berthon

Du nom de son inventeur.

  1. Petit canot pliant en toile imperméable. (Dictionnaire Robert, 1991)
  2. Développés pour l’utilisation sur des torpilleurs et contre-torpilleurs (où la place et le poids étaient presque aussi comptés que sur les sous-marins) a trouvé aussi sa place sur les yachts petits à moyens. (source Louis Pillon)
  3. Canot utilisé par E.A. Martel lors de ses explorations de canyon (Verdon) et souterraines.
Bicyclette nautique

voir Hydrocycle.

Bille
  1. Sorte de bachot sans gouvernail, ni plancher, ni pontage. (Canotage et canotiers de la Seine, Delaive F., 2003)
  2. Comme le squelette du bachot puisqu’elle n’a ni plancher, ni levées, ni gouvernail. (Embarcations de plaisance, La Vie à la campagne, 1863)
Blin

Le blin est une barque traditionnelle des marais de Brière. (Index alphabétique des bateaux fluviaux, Charles Berg, 2009)

Bordage

Bordage : assemblage de bordés, de virures ou de clins.

Bosse de nage

Bosse de nage.

Caïque

Embarcation légère, étroite et pointue à l’avant et à l’arrière (en usage dans la mer Egée). (Dictionnaire Robert, 1991)

Canoë

D’une langue indigène des Caraïbes, l’arawak. (Dictionnaire d’étymologie, 1964)

Canoë canadien
  1. Long canot à pagaies. (Dictionnaire Robert, 1991)
  2. Petit canot à pagaies dont la forme imite les canots d’écorce d’Amérique du Nord.
Canoë de mer

Un certain nombre de constructeurs ont vendu une sorte de canoë, à franc-bord et à bouchains (fond plat), pouvant aller à la voile, à la pagaie ou à l’aviron et dénommé canoë de mer (ou parfois imparfaitement caïque).

Canoë français
  1. Embarcation légère pour le tourisme nautique. (Rowing-Natation, 1912)
  2. Le canoë canadien... a donné chez nous naissance au canoë à rames. A rames, il est à clins ou à franc bord, bordé, ponté, avec ou sans barreur. On l’arme en couple mais ses portants et ses bancs à roulettes peuvent être démontés pour être ainsi dirigé à la pagaie ou à la voile. (Comment on fait de l’aviron, 1923)
Canot
  1. Sorte de yole très large, très profonde. (Le sport de l’aviron, 1895)
  2. Sa largeur primitive est le tiers de la longueur. (Le Canotage en France, 1858)
  3. Embarcation non pontée à rames et à voiles et, suivant sa véritable acceptation, employée au service d’un bâtiment. (Nouveau manuel universel et raisonné du canotier, 1846)
Canot de battelage

Voir Batelet.

Canot mixte
  1. À Paris, se dit d’un canot qui marche à la voile et à l’aviron par opposition aux voiliers proprement dit comme les hauts bords et les clippers, qui ne sont mus que par des voiles. (Canotage et canotiers de la Seine, Delaive F., 2003)
  2. Bateau dont on se servait exclusivement de 1828 à 1848...Il mesurait généralement 21 pieds sur 5. Un mât volant vers l’avant... Il en est resté les quatre avirons de pointe, à systèmes de cuivre ou tolets à fourche... (Embarcations de plaisance. La Vie à la campagne, 1863)
Canot-yole
  1. En 1850, les règlements de police prescrivaient que les canots devaient avoir comme largeur le quart de la longueur, ainsi un canot de 8m avait 2m de large. Il était alors dénommé canot-yole. (La Nature, 1892)
  2. Cependant vers 1843 naissait une nouvelle catégorie d’embarcations à l’aviron, tenant le milieu entre les yoles et les canots et appelées pour cette raison canots-yoles… mais la largeur n’était plus que le cinquième de la longueur. (Le Canotage en France, 1858)
Catarame

Catamaran à rames.

Chaloupe

Le canot et la chaloupe sont deux variantes d’un même thème architectural ; le canot destiné au transport du personnel possède un fond en V très ouvert et des extrémités fines, la chaloupe vouée aux lourdes charges un fond plat et des extrémités pleines. (Bateaux des côtes de France, 1975)

Chariot

Chariot, généralement pliant, quelquefois démontable.

Clin

Latte de bordé recouvrant partiellement la latte plus proche de la quille, à la manière des tuiles d’un toit.

Coche

Coche d’eau : bateau de la Seine ou de la Loire. (Bateaux des fleuves de France, 1985 ; Histoire & Patrimoine des Rivières & Canaux)

Collet

Pièce de cuir protégeant l’aviron de l’usure.

Coracle

Identique au Canot-panier, mais l’armature tressée est recouverte de peaux ou de toile goudronnée.

Coulisse

Coulisse.

Crochet de tire-veille

Crochet de tire-veille.

Curragh

Bateau irlandais aux mêmes caractéristiques de construction que le coracle : toile goudronnée sur armature.

Cyclorameur

Jouet d’enfant, tricycle dirigé par les pieds et mû par la force des bras.

Cycloskiff

Voir cyclorameur.

Dame ou demoiselle

Cheville enfoncée sur le plat-bord d’un canot ; l’espace étroit qui les sépare reçoit l’aviron et le maintient dans ses mouvements (Magasin pittoresque, 1840-42)

Dinghy

Mot d’origine indienne désignant des petits bateaux à voiles, non pontés. Les Anglais l’utilisent pour tous bateaux à voiles, creux et sans quille : nos dériveurs. (Source Louis Pillon)

Doris

Embarcation qui sert à tendre des lignes sur les bancs morutiers. (Dictionnaire Larousse, 1922)

Duralumin

Alliage d’aluminium, de cuivre, de magnésium et de manganèse créé à Düren (Allemagne) en 1909.

Embarcation

Bateau non ponté allant à la voile et à rames. On donne ce nom à tous les bâtiments de la marine pour de rire. (Nouveau manuel universel et raisonné du canotier, 1846)

Emplanture de mât

Emplanture de mât par le pontage d’un canoë canadien.

Épontille

Épontille (support reposant sur la quille).

Esquif

Très petit canot de peu de largeur qui sert plus sur les rivières ou bras de mer du Nord qu’aux vaisseaux ; il est toujours en usage à bord des bâtiments du Levant. (Nouveau manuel universel et raisonné du canotier, 1846)

Etambot

Étambot.

Etrave

Étrave. L’étrave d’un canoë canadien est protégée par une bande d’étrave ou jonc, en laiton.

Ferrures de gouvernail

Ferrures de gouvernail.

Fonnay

Voir Funny.

Funny
  1. Skiff plus stable. (L’Aviron, Manchon J., 1912)
  2. Nom donné par les Anglais à une embarcation légère très plate, qui tient l’intermédiaire entre le skiff et la yole. (Rowing-Natation, 1912)
  3. Sorte de skiff très large. (Le sport de l’aviron, 1895)
  4. On appelle également fannys des embarcations spécialement destinées aux régates fluviales, n’ayant pas de porte-en-dehors, mais très ras sur l’eau. Le bordage se relève par de hautes bosses de nage. (Canotage Aviron-Voile, 1877)
Galbord

Premier clin ou virure jouxtant la quille.

Galoupille

Voir bachot. (Canotage et canotiers de la Seine. Delaive F., 2003)

Genou

Genou.

Gig
  1. Construit comme la yole mais moins répandu. (Les merveilles de l’art naval, 1881)
  2. Cette dénomination est plus particulièrement réservée aux yoles à 6 et à 8. (Annuaire du Sport en France, 1858)
  3. Dans la série des yoles, on vit apparaître, la même année (1852), ce qu’on nomme à Paris un gig, et en Angleterre un outrigger. (Le Canotage en France, 1858)
  4. Ce mot désigne encore actuellement des bateaux appelés "gigs des Iles Scilly" (photo).
  5. Canot anglais très léger à fond plat, les deux bouts en pointe de 6 mètres environ de longueur, 1 mètre 80 de bau, et 82 centimètres de profondeur. Il est armé à six avirons à pointe, et grée une voile à antenne sur un mat très court placé au milieu. (Nouveau manuel universel et raisonné du canotier, 1846)
  6. It was made of clinker (overlapping plank) construction with a straight side below the gunwales. It had a fixed seat and was inrigged. (Vocabulaire des Termes de Marine, Yachting à voile – Yachting à vapeur – Yachting automobile, G. Soé – J. Dupont – O. Roussin, Paris, Le Yacht, 1906)
Gland de tire-veille

Embout de facture plus ou moins délicate fixé à l’extrémité du tire-veille.

Glisseur
  1. Bateau destiné à glisser à la surface de l’eau et qui réclame un effort de propulsion beaucoup moindre qu’un bateau ordinaire. (Dictionnaire Larousse, 1922)
  2. Aussi une catégorie de bateau à moteur...
  3. Bateau à propulsion aérienne, disposé pour obtenir pendant la marche le plus petit volume immergé possible. (Dictionnaire Larousse, 1922)
Gommier

Bateau traditionnel de Martinique à 3 rameurs en pointe et un barreur.

Gondole
  1. Cette embarcation conduite par un ou deux rameurs et en usage à Venise, est l’unique moyen de transport de cette ville. (Nouveau manuel universel et raisonné du canotier, 1846)
  2. Et les gondoles à ... Joinville !
Guigue

Voir Gig.

Hiloire
  1. Canoë français : barrière anti-vague sournoise.
  2. Canoë et kayak d’eau vive : gorge qui entoure le trou d’homme et dans laquelle vient se fixer le pontage étanche.
Hydrocycle

Véhicule à pédales et flotteurs, propulsé par soit une hélice, soit une roue à aubes, soit une hélice aérienne.

Hydroglisseur

Voir Glisseur.

Hydroplane

Voir Glisseur.

Hydroskis

Voir Podoscaphe.

Kayak

Terme d’origine inuit désignant une embarcation de chasse monoplace propulsée à la pagaie double.
Par extension, depuis la maîtrise de l’esquimautage par les Européens, toute embarcation mue à la pagaie double est appelée kayak.

Liston

Liston. Les trous percés sont destinés à recevoir le bout d’accrochage du pontage en toile.

Membrure

Membrure.

Nacelle
  1. Petit bateau à rames sans voiles. (Dictionnaire Robert, 1991)
  2. Tout batelet qui porte une femme. « Viens dans ma nacelle ! ». (Dictionnaire des idées reçues, 1853, 1913 : édition posthume)
  3. Type de bateau de Gruissan. (Petit dictionnaire de marine, 1945)
Nageret

Petit bateau plat, dont le bordage est souvent garni d’une frondaison dissimulant ceux qui le montent, et qui sert à la chasse. (Dictionnaire Larousse, 1922)

Nègue-chien

Petit batelet pour chasser le gibier d’eau. (Dictionnaire Larousse, 1922)

Norvégienne
  1. Barque dont l’avant est courbe et relevé. (Dictionnaire Robert, 1991)
  2. Embarcation de service dans la marine commerciale des pays scandinaves, à clins et à marotte (avant à tableau). Quelques unes sont restées en France pour payer quelques délits de boissons ! (Louis Pillon)
Océan

Petit bateau à voile non ponté pouvant armer 2 avirons. L’origine de son nom provient du premier exemplaire baptisé ainsi et non d’une quelconque filiation maritime, ni d’une marque de dérision.
Ce type de bateau parisien devient la première série de course à la voile extra-réglementaire, les voiliers de course devant porter des fargues ou un pont.
C’est aussi la première série pour "homme seul" (1850-1890).

Osgood

Canot pliant en toile imperméable inventé et manufacturé par N.A. Osgood, Battle Creek, Michigan.

Oumiak ou Umiak

Canot groenlandais que les femmes conduisent seules. (Dictionnaire Larousse, 1922)
Canot en peaux sur armature bois manipulé à l’aviron. C’est un bateau communautaire utilisé pour les migrations saisonnières.

Outrigger

L’outrigger est une armature métallique fixée par des écrous sur le bordage du bateau. Par dérivation, a fait qualifier en Angleterre d’outriggers les bateaux munis de porte-nages extérieurs.

Pagaie

Mot d’origine malaise (Moluques). (Dictionnaire historique de la langue française, 2012)
Peut être simple ou double, d’un seul tenant ou démontable en 2 ou 3 parties, et de matériaux très divers.
La pagaie simple se caractérise par une pale, un manche et une poignée, chaque élément pouvant avoir une multitude de forme et de taille en fonction de l’origine ethnique, ou son usage de loisir ou de sport.
La pagaie double est constituée de deux pales à chaque bout d’un manche. Comme pour la pagaie simple et pour les mêmes raisons, le manche et les pales de la pagaie double peuvent avoir des formes et tailles très variées.
La pagaie a une triple fonction : propulser, diriger, équilibrer. Elle peut être également un objet d’apparat.
Contrairement à l’aviron ou à la rame, elle n’est pas fixée au bateau.

Péniche
  1. En terme de marine, désigne une sorte de canot fin et léger marchant à la voile et à l’aviron. (Canotage et canotiers de la Seine, Delaive F., 2003)
  2. Canot léger, bordé à clin et bordant six ou huit avirons. (Nouveau manuel universel et raisonné du canotier, 1846)
  3. Plus tard, bateau de canal. (Bateaux des fleuves de France, 1985)
Périssoire

La périssoire est une embarcation très fine, excessivement fragile, pontée en toile à l’avant et à l’arrière. Elle est actionnée par une pagaie. Elle est naturellement très instable (La pratique et les plaisirs du canotage, 1921)

Phonet

Voir Funny.

Pirogue
  1. De l’espagnol : piragua, mot caraïbe. L’origine exotique du mot semble désigner la pirogue comme un bateau du même genre, mais cela désigne aussi les premiers bateaux monoxyles trouvés au fond de nos fleuves.
  2. Longue barque étroite et plate mue à la pagaie ou à la voile utilisée en Afrique et en Océanie. (Dictionnaire Robert, 1991)
  3. La pirogue du sauvage, faite d’un seul tronc d’arbre est le premier rudiment des constructions navales. (Magasin pittoresque, 1840-42)
Planche à ramer

Planche à ramer.

Plancher

Plancher.

Plat-bord

Plat-bord.

Plate

Bateau à tout faire : pêche, traversée de rivière, etc.

Platine de portant

Platine de portant.

Platine de préceinte

Platine de préceinte pour barre de pieds.

Platine de quille

Platine de quille pour barre de pieds.

Podoscaphe

Le podoscaphe est d’une espèce à part. Le rameur se tient debout et se dirige à l’aide d’une longue pagaie. Il est composé de deux patins étroits, longs de 4 à 5 mètres, reliés entre eux par deux tringles de fer. Le rameur a un pied sur chaque patin. Ces patins sont des boites longues, creuses, ayant 35 centimètres de largeur. (Canotage Aviron-Voile, 1877)

Pontage

Pontage. Peut être en bois ou en toile.

Portant

Armature métallique extérieure à la coque supportant un aviron.

Prame norvégienne

Voir Norvégienne.

Préceinte

Voir Serre-banquière.

Punt

Barque anglaise à deux levées. L’équivalent américain (en plus gros) s’appelle "scow". (Louis Pillon)

Quille

Quille.

Rail de coulisse

Rail sur lequel le siège à coulisse se déplace. Vont par paire.
(architecture aviron)

Rame

Voir Aviron.

Randan

Ou Ran-Dan, Reine-Dame ou encore Randam.

  1. Yole qui se distingue des autres par son mode de tirage. L’équipage complet se compose d’un barreur et de trois rameurs. Le premier rameur tire l’aviron de pointe, le deuxième les avirons de couple, le troisième un second aviron de pointe. (Canotage Aviron-Voile, 1877)
  2. "Ran-Dan" : England - an unusual boat of three people configured as two rowers and one sculler. (Boat Names & Terms By Bill Miller - January, 2000 (site internet Rowing History)
Rob-Roy

En dessinant le premier Rob Roy, John MacGregor a inventé le canoë de voyage moderne. Très résistant et léger malgré tout, il ouvrait des horizons inaccessibles jusqu’alors en permettant le passage d’un bassin versant à l’autre simplement en déplaçant le bateau sur la terre ferme par train ou charrette, et en facilitant le contournement des obstacles à la navigation par portage sur la berge.
Bien que sans existence officielle en tant que classe, « Rob roy » est devenu un type de bateau à partir de 1869 et, par extension commerciale, désigne tous les bateaux construits sur le même modèle. (Atelier de recherches du Carré des Canotiers, 2017)

Runabout

Vedette légère rapide à moteur puissant, construite spécialement pour déjauger presque entièrement en marche. (Dictionnaire de la mer, 1958)

Canot automobile de course ou de plaisance, non habitable, à moteur intérieur fixe. (Bateaux de pêche à la Belle Époque, 2010)

Sabot

En argot de marine, désigne un mauvais bateau, en rivière, ce terme désigne aussi des barques d’origine maritime comme les "norvégiennes". (Canotage et canotiers de la Seine, Delaive F., 2003)

Sauterelle

La sauterelle est une barque légère utilisée particulièrement sur le cours aval de la Marne (Boucle de la Marne) en France. Très plate, avec des bordés de côtés très évasés et des extrémités fines closes par de petites marottes, la sauterelle de la Marne est un bateau marchant bien à l’aviron pour une embarcation de service. Il semble que cette désignation était également utilisée ailleurs, notamment en Chine sous le nom de « Zemeng » (= sauterelle en chinois) (FP).

Sellette

Sellette ou banc, ici à coulisse.

Serre

Serre.

Serre-banquière
  1. Dans les bateaux à avirons, ces deux pièces de bois longitudinales, fixées à l’intérieur du bateau sur les genoux ou les membrures, servent de supports aux divers aménagements tels le siège du barreur, les bancs des rameurs, les traverses des supports des bancs à roulettes et les barres de pieds. Elles sont souvent improprement dénommées préceintes dans le monde des bateaux à avirons, ou sont appelées à tort : serre-bauquières.
  2. Sur les navires de mer, le terme de préceinte désigne des bordés extérieurs de renfort situés en partie haute du bordage.
Ski-Yak

Marque commerciale d’un podoscaphe moderne.

Skiff

Outrigger à un rameur, sans barreur. (Les sports nautiques, 1922)

Les Anglais, qu’il est superflu de vanter en matière de navigation de plaisir, ont perfectionné d’une façon charmante cette grossière mais ingénieuse ébauche (ndlr : parlant du kayak des Esquimaux comme modèle pour le skiff).(Embarcations de plaisance. La Vie à la campagne, 1863)

Talonnettes

Talonnettes.

Tire-veille

Cordage permettant à la barreuse d’orienter le gouvernail. Les tires-veilles sont toujours par paire pour permettre de tourner des 2 côtés.

Trainière

Embarcation maritime traditionnelle du Pays basque avec laquelle ont lieu d’importantes régates.

Traverse

Traverse.

Triplette

Trois de couple.

Varangue

Varangue.

Warry

Canot ordinaire dont l’avant et l’arrière sont identiquement semblables.(Canotage Aviron-Voile, 1877)

Wherry

Semble désigner en anglais, l’équivalent de notre canot des familles. Cela peut désigner le canot à rames mais aussi le gros bateau (par exemple le Pleasure Wherry d’un membre de Sequana : longueur 23m, largeur 5,5m, poids 40t).

This is the name used for the every day work boat used by the Thames River watermen. The term goes back to the first descriptions of rowing on the Thames and can be seen on the title page and rowing description in Walker’s Manly Exercises-1834. (Boat Names & Terms By Bill Miller - January, 2000 (site internet Rowing History)

Yacht

Bateau d’agrément (Nouveau manuel universel et raisonné du canotier, 1846)

Bateau de plaisance. Il y a des yachts de tous gréements, à voiles, à vapeur, à moteur. On donnera ce nom même à de très petits bateaux de plaisance, mais jamais à ceux qui ne se manœuvrent qu’à l’aviron ou à la pagaie. (Vocabulaire des Termes de Marine, Yachting à voile – Yachting à vapeur – Yachting automobile, G. Soé – J. Dupont – O. Roussin, Paris, Le Yacht, 1906)

Yole

Du néerlandais "jol" ou du scandinave "jolle", avec deux principaux sens :
- Petite embarcation à rames et à voiles des navires et des vaisseaux.
- Embarcation pour la promenade ou la course à l’aviron longue et effilée dont les deux extrémités sont généralement pointues. Les yoles peuvent être armées en couple ou en pointe à un rameur en couple, à un rameur en couple avec barreur, à deux ou quatre rameurs en couple avec barreur, à deux, quatre ou six rameurs en pointe avec barreur.

Citations historiques :

- « Canot fort léger et très effilé construit pour marcher à l’aviron plutôt qu’à la voile. Les yoles ne portent point de lourds fardeaux, et sont d’une construction très fragile » (Dictionnaire de marine de Jules Lecomte 1835 et Magasin pittoresque, 1840-1842)

- « C’est un canot long, étroit et très léger, construit en sapin et dont les extrémités sont semblables […] La meilleure yole est la baleinière telle qu’on l’emploie pour la pêche de la baleine » (Nouveau manuel universel et raisonné du canotier, 1846)

- « Petite embarcation légère et allongée marchant surtout à l’aviron et dont l’arrière se termine par un tableau très étroit ; elle arme des avirons de pointe. Dans le "canotage" à l’aviron, la plupart des embarcations qui ne rentrent pas spécialement dans la catégorie des skiffs ou des périssoires et canoës sont des yoles » (Vocabulaire des Termes de Marine, Yachting à voile – Yachting à vapeur – Yachting automobile, G. Soé – J. Dupont – O. Roussin, Paris, Le Yacht, 1906). On remarque ici qu’au fur et à mesure de la réduction de leur tableau arrière, les canots-yoles (voir ce mot) devinrent des yoles.

Yole d’Aboville

Yole à six rameurs à l’origine du renouveau de l’aviron de mer fédéral. Gérard d’Aboville, rameur transatlantique, organise à partir de 1983 un challenge portant son nom et avec ce type de bateau.

Yole de Bantry

Fine chaloupe de 11,60 mètres, voile aviron, d’état major du XVIIIe siècle. La yole mise à l’eau par la frégate "Résolue", lors d’une expédition au secours des irlandais en 1796 s’échouera à Bantry en Irlande et y sera conservée jusqu’à nos jours.

Yole de mer

Yole de mer correspondant à la jauge FFSA édictée en 1997 pour les premiers championnats de France d’aviron de mer nouvelle formule. Il existe aussi une yole à deux et un solo.

Yole de Ness

Étaient, à l’origine, des bateaux de pêche à l’aviron et à voile. Héritiers des drakkars vikings, ces petits bateaux ont été progressivement adaptés aux eaux difficiles du "Cap du Raz Rugissant".
Site d’un constructeur : https://astegem.pagesperso-orange.fr/

Yole franche

Embarcation construite à clins à deux, quatre ou huit rameurs en pointe avec barreur dont les dames de nages sont fixées au bordage. Ces bateaux de course tenant très bien la mer pouvaient être pontés ou recevoir un pontage escamotable. Stables, ils servent aussi en rivière pour l’initiation et pour les courses des débutants : au début du XXe siècle, la célèbre « Traversée de Paris » à l’aviron se disputait dans ces yoles. Les yoles franches sont démontables en deux ou trois parties pour faciliter leur transport en chemin de fer. Les coupures sont réunies au moyen de boulons et écrous à ailettes.

Des dimensions réglementaires ont été arrêtées au congrès des sociétés d’aviron de France le 20 janvier 1889. Ce gabarit est devenu européen au moment de la création de la Fédération Internationale des Sociétés Aviron, la FISA, en 1892.
- 2 rameurs
Longueur : 8,50m ; creux : 0,35m ; largeur mini : 1m ; largeur mini à la flottaison : 0,75m ; poids mini : 60kg
- 4 rameurs
Longueur : 10,50m ; creux : 0,38m ; largeur mini : 1,05m ; largeur mini à la flottaison : 0,80m ; poids mini : 90kg
- 8 rameurs
Longueur : 14,50m ; creux : 0,42m ; largeur mini : 1,15m ; largeur mini à la flottaison : 0,85m ; poids mini : 120kg

Citation historique :
« Les yoles franches ou yoles de mer sont des bateaux construits à clins sans outriggers, pontés, et avec barreur » (Rowing-Natation, 1912).

Yole gig

Bateau de course qui, chronologiquement en France et en Europe continentale, est intermédiaire entre la yole et l’outrigger. Les yoles gigs ont été développées à partir des années 1870. Avec leurs bosses de nage et leurs rameurs placés en quinconce, elles sont aisément reconnaissables. Ces bateaux représentent l’aboutissement des évolutions techniques de la yole de course entamées à partir de son apparition au début des années 1850. Les yoles gigs sont des embarcations avec barreur très légères et rapides qui sont construites en acajou pour deux (30 kg), quatre (50 kg) ou six rameurs (75 kg). La forme arrondie de leur carène sans quille facilite leurs virages à la bouée.

Yolette

On appelle souvent les yoles à un, des yolettes. (L’Aviron, Manchon J., 1912)

Youyou

Empr. au dial. chinois Min (dans le sud de la province du Fujian) youyou « petit canot à godille », formé par redoublement du mot corresp. au chinois commun yáo « godiller » (renseignements communiqués par M. Cao De Ming, Directeur du département de français à l’Université des Études Internationales de Shanghaï). (Colin - mots exotiques, 1986)

  1. Véritable coquille de noix, presque aussi large que long. (Le sport de l’aviron, 1895)
  2. La plus petite embarcation de service, l’annexe des yachts (Louis Pillon)
  3. Pour le mettre en mouvement, on se sert d’une pagaie, sorte de balancier, d’une longueur de 3 à 5 mètres, que l’homme tient au milieu des deux mains. À chaque extrémité se trouve une palette, et le rameur plonge dans l’eau tantôt l’extrémité de droite, tantôt celle de gauche, d’avant en arrière, pour faire marcher son embarcation. (Canotage Aviron-Voile, 1877)
  4. Bateau chinois ordinairement habité par une famille, hommes, femmes et enfants, qui n’ont point d’autre demeure que cette embarcation et sur laquelle ils passent leur vie. (Magasin pittoresque, 1840-42)
Zigzagodromie

Route suivie par un débutant en kayak.