Qui sommes-nous ?

C’est en décembre 2010 qu’est né le Carré des Canotiers, sous l’impulsion de trois précurseurs : Étienne Chopot, alors conseiller technique national de la Fédération d’aviron, organisateur du premier concours de restauration d’embarcations patrimoniales en 1994 ; Frédéric Delaive, docteur en histoire, dont la thèse de doctorat étudie l’histoire du canotage ; et Michel Riousset, historien des bords de Marne, président depuis lors.

Puis d’autres passionnés de l’histoire et du patrimoine du canotage et des loisirs et sports nautiques et d’autres associations les ont rejoints grâce à La Régate 1900, un rassemblement d’embarcations anciennes à l’aviron, à la pagaie et à la voile, organisé par la Communauté de Communes de Châtellerault dans la Vienne, pour lequel le Carré des Canotiers apportera son aide historique et technique à partir de 2012.

Cet événement unique en France a permis à des restaurateurs, collectionneurs, chercheurs ou simples amateurs de rejoindre le Carré. On pense par exemple à Michel Seyler, mémoire du canotage et descendant d’une grande famille de constructeurs des bords de la Seine et de la Marne dont les garages existent encore au Perreux, à Patrice de Ravel, libraire et ancien Conseiller technique national de la Fédération de canoë-kayak qui a initié l’exposition Canoës et kayaks, la découverte d’un nouveau monde au Musée national de la Marine et au Musée Adrien Mentiennne à Bry-sur-Marne en 2004, pour laquelle les trois fondateurs ont participé à l’élaboration du catalogue d’exposition, tout comme pour celle organisée par le Musée de la Batellerie à Conflans-Sainte-Honorine en 1998, Le Patrimoine de l’Aviron, les Trophées. Mais également à Jean-Jacques Gallardo, charpentier de marine, l’un des maîtres d’œuvre de la réplique du Saint-Michel II, le voilier de Jules Verne à Nantes.
De ces rencontres a peu à peu émergé l’idée de créer une structure dédiée à la reconnaissance de l’histoire et du patrimoine des loisirs et sports nautiques.

Le Carré des Canotiers, association loi 1901, a été reconnu d’intérêt général en novembre 2016.
Il est répertorié dans l’annuaire des Sociétés savantes établi par le Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS), Institut rattaché à l’École nationale des chartes.