Alertes

Mésestimées et mal connues, les traces du canotage, des loisirs et sports nautiques sont abandonnées, perdues, détruites ou dispersées au fil des générations ou des déménagements.
Mais le patrimoine du canotage ne laisse pas tout le monde indifférent. Les ventes de bateaux, d’objets et d’œuvres d’art, qu’elles soient d’ordre privé par annonces ou publiques par enchères, ne restent pas infructueuses. Depuis plusieurs années, de nombreuses « œuvres » sont acquises par des acheteurs anglo-saxons qui apprécient leur valeur. Le Carré des Canotiers est attentif à ce que des pièces majeures, témoins de l’évolution de l’activité, ne quittent pas le territoire national et restent (ou redeviennent) accessibles pour exposition et/ou étude.


Le Carré assure une veille permanente sur les principaux réseaux. Au regard de la valeur de l’objet repéré, il informe les autorités et structures muséales les plus à même d’agir pour préserver ce patrimoine ou, si le budget le permet, l’acquiert. Mais souvent, faute de lieu physique, le Carré renvoie ses découvertes vers les associations qui possèdent un atelier.

Si vous avez connaissance d’une mise en vente d’un élément important du patrimoine du canotage, des loisirs et sports nautiques, n’hésitez pas à nous en informer via le formulaire de contact présent en bas de page. Merci d’avance.

Quelques réussites :
• Des études du peintre Bricoux, acquises par l’intermédiaire du Carré par la mairie de Joinville-le-Pont.
• Tableau de Gueldry acheté par le musée de Nogent-sur-Marne.
• Un skiff Dossunet des années 1920 qui a rejoint la collection du Carré.
• Un trophée canoë français manœuvré à la pagaie acquis par le musée de Nogent-sur-Marne.
• Un moteur hors-bord, alerte vers le musée de la Batellerie de Conflans-Ste-Honorine.
• Un canot "Rob roy" ayant appartenu au Prince Impérial, fils de Napoléon III.

Alerte Canoë canadien J. Hanne

Il s’agit d’une construction à bordés larges sur lisses ou « wide board and batten » pour les Anglo-saxons. Ce type de construction a été utilisé par les premiers constructeurs étatsuniens (Rushton en particulier) de la seconde moitié du XIXe siècle : il est caractéristique d’une transition technique entre les premiers essais de canoës monoxyles, rapidement abandonnés devant la difficulté de mise en œuvre, et les canoës à bordés en petites lattes sur membrures transversales ployées, technique reprise par les constructeurs français.
Devant le risque d’un acheteur inconnu, ce canoë Hanne a été acheté en urgence par Emmanuel Alassoeur pour le compte du Carré des Canotiers.
Eu égard au caractère exceptionnel du canoë, le Bureau du Carré souhaite qu’il devienne un « bateau-représentant du Carré » et, dans cet esprit, lance un appel à financement participatif prioritairement réservé aux membres du Carré.

Alerte tableau Gueldry "Course à virage"

Cette oeuvre de Ferdinand-Joseph Gueldry représente le virage à la bouée d’une course en yole gig à quatre rameurs avec barreur aux régates de Bry-sur-Marne dont on aperçoit le pont et le quai de halage à l’arrière plan.
Pour l’atelier de recherches du Carré des Canotiers, cette œuvre représentative des pratiques sportives de l’aviron des années et des yoles gigs de course des années 1870-1900 mérite d’intégrer la collection d’un musée public et d’être restaurée à la mesure de son importance.

Alerte - Vente d’un Gueldry La Course d’avirons

Le 9 juin 2021 la maison Artcurial propose à la vente un tableau de Ferdinand Gueldry La course d’avirons.
Pour l’atelier de recherches du Carré des Canotiers, cette œuvre mineure mais attendue par les amateurs et le public de son temps, est caractéristique de la production d’atelier de Gueldry.
Cette peinture est représentative des pratiques sportives de l’aviron et des yoles gigs de course des années 1870-1900 et elle mérite d’intégrer la collection d’un musée public tant la place de ce sport historique est réduite dans les collections publiques françaises.